Le Front de Libération du Poulet Rôti

Mon amour,  

Aujourd’hui, on est dimanche. Si je ne suis pas assommée par le doux sommeil aux vapeurs alcoolisées, il est possible qu’à l’heure de tout de suite, je sois sous la douche en train de me refaire vaguement une gueule avant de retrouver mes amis pour déjeuner.

Pardon, pas déjeuner. Bruncher. Comme la plupart des membres de la Minikeum Génération (le vrai nom de la génération Y).

Mais non. Pas cette fois. Aujourd’hui, Brunch, je te dis adieu. 

Mais merci pour ce moment hein !
Mais merci pour ce moment hein !

Si je reviens, tu arrêtes tout ?

C’était chouette, vraiment. Quand tu as débarqué à Paname, humble et sympathique, avec ton jus d’orange et ton bacon grillé, on s’est plu tout de suite. Tu étais rassurant, tu ne te prenais pas au sérieux, et tes mots doux viennoiseries-café-œufs-brouillés-à-10€ ont attendri plus d’une fois mes dimanches douloureux.

tumblr_nx1lpsn66J1s3abbdo1_500
Et un chocolat aussi
Et un jour, tu es devenu populaire, tu as commencé à jouer la diva du quartier. Tu as changé, Brunch. Tu as salé ton addition, réduit la panière de pain, tenté des associations improbables (pain au chocolat champagne samossas épinards. WTF ?)

Je n’étais pas assez bien pour toi, et tu troquas vite mon mascara qui coule pour les lunettes Chanel de la jeunesse argentée. Ta file d’attente s’est allongée, 1h de patience polie pour avoir mon petit œuf à la coque. Et pourtant, je te suis restée fidèle, brunch, tu es devenu mon automatisme, ma routine, mon habitude. Et à chaque jour du seigneur, comme si tu m’avais lobotomisé, je vais déguster mon chocolat chaud et mes tomates cerises en mode pilote automatique.

Et tu m'abandonnes à mon triste sort.
Et tu m’abandonnas à mon triste sort.
Tu as brisé mon estomac. Ce n’est pas facile, mais ma décision est prise Brunch. Je te quitte ! Non, arrête, n’essaye pas de m’appâter avec ton omelette au saumon, tu m’insultes, je vaux mieux que ça !

Bon, après, je ne dis pas que je ne céderai pas à un petit plan bouffe de temps en temps, mais je dois renouer avec un autre de mes amours perdus que j’ai délaissé depuis bien trop longtemps.

Au revoir zone de confort !
Au revoir zone de confort !

Rejoins les forces du FLPR !

giphy (1)
Run Chicken Run !
Comment avons-nous fait pour troquer notre fameux poulet-rôti-patates-salade-pinard contre un croissant au jambon ?

Laisse moi te dire une chose Brunch. Le dimanche midi, j’ai FAIM. Je veux déjeuner, et faire les choses bien, comme une franchouillarde civilisée : entrée, plat, fromage, dessert, café. Digestif.

Alors si toi aussi tu trouves ça incongru de manger un petit dej’ à 14h, si tu en as marre de battre le bitume pendant des heures pour une corbeille de pains élevés en plein air, si tu veux troquer ton yaourt muesli contre des patates sautées, rejoins le combat du Front de Libération du Poulet Rôti !

Moi, moi, je veux, moi !
Moi, moi, je veux, moi !
Suite à un rapide sondage sur un échantillon de 4 personnes, ce mouvement est soutenu pour l’instant par 100% de la population hexagonale.

Et pour que cela demande un effort intellectuel minime, voici le mode d’emploi pour recréer ensemble la fameuse tradition du déjeuner dominical.

Qui nécessite un effort cuisinier aussi minime que votre dignité en ce lendemain de cuite.

Le poulet patates joyeusement sous-traité

  • Allez au marché. Oui on est dimanche, on est en France, il y a forcément un marché, ou une rôtisserie. Non ? Bah déménagez. 
  • Si vous êtes heureux parisien, allez-y TÔT. D’une part parce que vous irez à l’heure des mamies et que c’est plus relaxant, et d’autre part parce qu’à 13h il ne restera plus que des saucisses aux herbes.
  • Achetez un poulet. Avec du jus. Voilà voilà.
  • Pour les patates, faites les d’abord cuire au BEURRE, en les coupant en deux, tartinées de beurre, et mis au four.
  • Quand vous réchaufferez le poulet, mettez les pommes de terre dans le plat et arrosez de jus pour qu’elles s’imbibent bien.


Oui bon, effectivement je ne vous avait pas vendu de la grande cuisine, mais rappelez vous, on est dimanche matin, et vous êtes réveillés, et vous êtes dehors, et vous faites la queue. Avec des gens. En pijama.

Vous êtes déjà des héros.

Et on oublie pas le dessert
Et on oublie pas le dessert

Bon dimanche, et à la semaine prochaine ❤

Advertisements

5 thoughts on “Le Front de Libération du Poulet Rôti

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s