La Team Crevette plus rapide que l’éclair

Morning,

Ça y est, c’est l’été, les terrasses bourdonnent, le soleil caniculaire tape nos nuques encore blanches de …

Oui, non, mais laissez tomber …

Je refuse de croire que ce week-end enchanteur ai été le seul représentant estival avant le mois de Juillet, ses 23 degrés et sa bruine, et suis intimement persuadée que la planète est en train d’expirer une dernière fois toutes ses températures inférieures à 10° pour nous inonder d’un printemps radieux et d’un été tropical.

 

Bref. Il fait donc beau, chaud, je suis en lunettes de soleil et short de bain dans l’open space, et le regard dubitatif de mes collègues ne m’empêche pas de déguster un plat qui sent bon le sable chaud : le Poke Bowl

Poke Bowl, attrapez les tous

[Insérer ici un jeu de mot cocasse entre le nom de ce plat et le célèbre manga de notre jeunesse]

My anaconda oh !

Voilà.

Sinon, le Poke Bowl est une des nouvelles tendances culinaires de 2017, avec les sushis donuts et le broccoleaf (true story). C’est un plat qui vient d’Hawaï, et nous, on aime bien les plats qui viennent d’Hawaï.

Tananananiiiiiiin nin.
Nananananiiiiiiin.

Et comme le Loco Moco, le Poke bowl n’est pas un plat particulièrement exigeant. Une fois les indications de bases maîtrisées, ta seule limite est ton imagination. 

Il s’agit de respecter la nomenclature suivante :

  • Une base céréales : riz, quinoa, lentilles, ébly, ravioles de royan (rien ne nous empêche de upfatter the fuck out of this b****)
  • Une base poisson cru : ou crevettes, ou crustacés, ou tofu, ou tartare de bœuf
  • Une base marinade pour ton poisson : soja, vinaigre, citron, gingembre, mayo, sauce au poivre
  • Une base croquang gourmang : fruits frais, légumes crus, oignons rouges, graines de sésame, chips barbecue
  • Une base qui sent bon la marée : algues, plancton, eau de thalasso

Si l’envie te prend donc de venir avec ton petit bol raviolis-carpaccio de boeuf-sauce barbecue-cornichon-wakame, sache que techniquement ton repas rentre dans la catégorie “So Healthy 2017”.

Heureusement que certaines marques pensent à tout.

Pour cette fois, nous allons choisir la recette plus traditionnelle, car petit un cela me permettra de vider l’intégralité de mes restes de frigo, et petit 2, c’est une très bonne excuse pour apprendre à faire du Riz Gluant ❤

Etape 1 : Le riz gluant qui-en-fait-n’est-pas-vraiment-gluant

Le riz gluant est, comme son nom ne l’indique pas, du riz non pas gluant mais collé qu’on mange souvent dans les restos thaï, et que vous avez déjà vu ici.

Remember?

Et comme souvent dans la cuisine non hexagonale, ça a l’air compliqué, alors que pas du tout. Démonstration.

  • Procurez vous du riz gluant. Il se trouve très facilement en épicerie asiatique et vous le reconnaîtrez grâce à sa mention RIZ GLUANT en Arial 46 sur le paquet (aucun piège Michel)
  • Il faut également un panier vapeur, car qui dit riz gluant dit cuit à la vapeur. Pareillement, trouvable dans votre épicerie asiatique la plus proche, ou sur Internet, si vraiment la flemme vous assaille.
  • Après avoir grossièrement rincé votre riz, couvrez le d’eau et laissez le tranquille au moins 5 heures (étape à anticiper la veille, donc)
Dans un tamis, c’est l’idéal pour la vaisselle
  • Quand la faim commence à vous tarauder, couvrez votre panier vapeur d’un papier de cuisson adapté, ou de papiers d’alu avec des trous (c’est testé, et ça marche), disposez votre riz par dessus et recouvrez d’une autre feuille de papier.
Ça va donner ça
  • Maintenant, faites le cuire à la vapeur ! Il suffit de remplir une casserole d’eau (environ au tiers, il ne faut pas quand l’eau touche votre panier) et de disposer votre panier par dessus pendant 20 minutes. La vapeur générée par la casserole d’eau en ébullition cuira n’importe quel objet présent dans votre panier. N’importe. Le. Quel.
Je foooooooonds

Etape 2 :  Fabriquer sa propre Pokéball

Je vous rassure, les autres composantes du Poke Bowl demande beaucoup moins d’investissement personnels. Pour aujourd’hui, le chef vous propose :

  • Une base poisson cru : des crevettes surgelés que je fais cuire en 3mn à la casserole et que je décortique
  • Une base marinade : un peu de soja, de l’huile de sésame, des noix concassées, du piment en poudre et du citron vert, où je fais mariner mes crevettes pendant 1 heure (anticipation elle a dit la dame).
  • Une base croquang gourmang : un oignon vert émincé et une poignée de radis.
  • Une base qui sent bon la marée : et enfin, un peu de wakame (algues japonaises) qui je l’espère ne sont pas trop à cheval sur tout ce qui est date limite de consommation.
Et on laisse mariner

Etape 3 : Admirez votre travail

Balancez le tout dans votre tupperware préféré, et dégustez, tranquillement en terrasse, au soleil. Sous un plaid, certes, mais au soleil tout de même #summeriscoming

Bon appétit et à la semaine prochaine ❤

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s